Chronique : Relic Runner (de Matthew Dunstan)


rr_1920-03 Tel une métaphore de son éditeur chassant à nouveau le succès depuis la pépite Small World, Relic Runner nous offrent des explorateurs parcourant la jungle à la recherche d’anciens temples et de trésors cachés. Les expéditions se succèdent à une vitesse infernale et la course à la gloire et à la fortune a commencé. Car trouver les vieilles reliques n’est pas toujours le plus compliqué. Des fois, c’est de la rapporter chez soi avant les autres qui pose problème.

Relic Runner est un jeu de chasse aux trésors pour 2 à 5 joueurs à partir de 10 ans. Les parties ne devraient pas dépasser l’heure de jeu. Chaque joueur incarne un explorateur à la recherche de trésors et démarre avec 3 rations et une caisse d’outil sur sa fiche de personnage.
La case centrale du plateau de jeu représente le camp général ou les joueurs pourront venir se ravitailler. Car chacune de vos explorations vous coûtera une ration. Lorsque vous êtes à sec, il faut revenir sur cette case centrale pour gagner 3 nouvelles rations. Les autres cases abritent différents temples et ruines et sont reliés par des pistes de terre ou des pistes fluviales.

Capture d’écran 2014-10-14 à 21.05.57

Un temple est constitué de 3 tuiles successives dont les tailles varient : une grande au fond, une moyenne au milieu et une petite sur le dessus. A chaque fois qu’un joueur explore un temple, il paye une ration et il prend possession de la tuile sur le dessus et profite de l’effet inscrit au dos. Ainsi les tuiles des temples ivoires permettent de profiter de conditions supplémentaires pour marquer des points, les tuiles des temples bleues font marquer des points immédiatement (entre 2 et 5) et les temples violets (dont les tuiles sont les seuls à être visibles) provoquent des effets plus ou moins exotiques.
Lorsqu’un joueur explore une ruine (toujours contre une ration), il peut alors placer un « relais » sur un chemin adjacent à sa position. Les relais permettent d’augmenter la faculté de déplacement de votre explorateur. Lors de votre unique mouvement par tour, vous pouvez parcourir une piste sans relais et enchaîner avec tous les relais que vous avez déjà disposé (ou le contraire). Plus la partie avance et plus votre capacité de déplacement est efficace.

pic1696456_md

Vient alors le moment ou les temples laissent place aux reliques. Car lorsque toutes les tuiles d’un temple ont été prise, on y place alors une relique de la même couleur. Ces reliques valent 5 points chacune et deviennent rapidement un objectif majeur pour l’emporter. Pour pouvoir se les approprier, il faut réussir une « expédition ». Il s’agit de partir d’une position possédant une relique puis avec votre unique déplacement du tour, rejoindre une autre position possédant une relique de la même couleur. En bonus, vous marquez alors 2 points supplémentaires pour chaque relais que vous avez utilisé durant votre trajet.
Pour vous aider dans votre œuvre, les pistes fluviales vous permettent de déplacer votre caisse à outils sur différentes jauges offrant plusieurs pouvoirs très utiles (déplacer un relais, deux relais, gagner des rations, doubler vos points lors d’une expédition, etc…)
Dès que 10 reliques (à 5 joueurs) ont été volées sur le plateau, on joue un dernier tour et la partie prend fin. Celui qui a récolté le plus de point de victoire l’emporte.

pic1700632_md

Le feeling.
Première qualité : le tour de jeu tourne très vite avec une belle fluidité. Chacun de vos tours ne se composent que d’un déplacement puis d’une exploration relativement rapide. Plus le jeu avance, plus vos choix deviennent cruciaux mais le rythme de jeu ne s’en voit que peu affecté. Même à 5 joueurs, les parties dépassent rarement l’heure de jeu et cela permet de relancer plusieurs parties dans la même soirée. Appréciable.
Deuxième qualité : les stratégies pour l’emporter ont l’air nombreuses. Les temples ivoires vont vous permettre de marquer des points facilement durant toute la partie tout en orientant votre stratégie. Il est toujours bon d’en explorer un en début de partie. La grande tuile ivoire peut même faire une sacrée différence si vous avez su adapter votre stratégie durant la partie. Les temples bleus sont un peu la solution de facilité, ils offrent des points sans condition et immédiat mais ne permettent pas de construire une stratégie sur le long terme. Pour autant, vous pouvez décider de n’explorer que des temples bleus et leur générosité peut compenser votre manque d’ingéniosité. Les temples violets sont eux aussi tactiques puisqu’ils offrent des opportunités visibles à tous. Il faut savoir les déclencher au bon moment.

pic1700634_md

La mécanique des caisses à outils offrent de nombreux choix judicieux. Elles peuvent vous permettre d’éviter de rentrer trop souvent à la base en gagnant facilement des rations supplémentaires, de déplacer des relais que vous considérez désormais comme inutile à cette position, de gagner encore plus de caisses pour profiter de davantage d’effets supplémentaires, ou si vous êtes patient, elles peuvent vous faire marquer beaucoup de points en rejoignant les cases supérieurs.  La fin de partie peut être relativement généreuse à ce niveau là car avec vos relais, vous pouvez traverser de nombreuses pistes fluviales en un tour. Enfin, il faut savoir « runner » les reliques en s’organisant un joli réseau de relais. Mais, faites attention à vos adversaires, il n’est pas rare qu’il vous chipe une relique sous le nez en étant plus rapide que vous ! De la même manière, il est assez courant de donner des points sans le vouloir à vos adversaires en explorant le mauvais temple, permettant l’apparition d’une relique qui sera rapidement absorbé par un autre joueur. Quelques parties vous permettront de mieux décrypter le plateau de jeu et d’éviter ces erreurs de débutant.

img-51c0257ee6576

Conclusion.
Certes, je joue à Relic Runner avec un an de retard. Mais je découvre un jeu avec de grandes qualités. Beaucoup de stratégies possibles, un temps de jeu modeste pour faire une partie et une fluidité de tour remarquable. C’est d’autant plus dommage que d’apprendre que le jeu n’a pas eu le succès qu’il méritait. Days of Wonder continue de rechercher la pépite post-Small World tel un explorateur à la poursuite d’une relique qui pourrait lui donner la victoire. Courage, avec Relic Runner, ils méritaient pourtant un beau succès.

Relic Runner est en vente sur le site de Philibert au prix de 44,95€

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s