Chronique : Pixel Junk Shooter Ultimate (de Q-Games / Double Eleven)


Capture d’écran 2014-06-11 à 22.47.29

L’humanité est partie à la conquête de l’univers. Des missions d’exploration et de colonisation sont lancés à la recherche de nouvelles planètes habitables mais aussi de nouvelles ressources d’énergie. Bientôt, une des expéditions tourne au drame. Tout l’équipage manque à l’appel et la planète sur laquelle ils ont échoué n’a pas l’air commode. Vous êtes responsable de la mission de sauvetage et vous êtes parfaitement armé pour.

Pixel Junk : Shooter Ultimate est un jeu de tir en 2D à scrolling multidirectionnel qui combine les campagnes de Pixel Junk : Shooter et Pixel Junk : Shooter 2. Il est disponible sur PS4 et PS Vita depuis peu pour la modique somme de 12€, et gratuitement si vous êtes abonnés au Playstation Plus. Son originalité vient de son moteur qui gère parfaitement la mécanique des fluides, proposant à travers les niveaux des challenges d’actions et de réflexions.

PixelJunk-Shooter-Ultimate-704x352

Votre vaisseau se dirige à travers les niveaux avec le stick gauche de manière très classique. Vous pouvez tourner sur vous-même et donc viser à 360° avec le stick droit. La gâchette gauche permet de déclencher un grappin afin d’attraper les bonus et de sauver des rescapés. La gâchette droite déclenche le tir pour détruire les ennemies ou les parois poreuses. En laissant la gâchette de tir enfoncée, ce sont des missiles qui sont envoyés sur l’ennemie. Attention à ne pas trop en abuser, car il provoque une surchauffe qui peut détruire votre vaisseau. Celui-ci n’a pas à proprement parler de point de vie, mais une jauge de température, qui lorsqu’elle devient trop pleine provoque sa destruction. Il existe heureusement des moyens de faire baisser la température, par exemple en vous plongeant dans l’eau. Celle-ci faisant office de système de refroidissement, il devient alors possible de résister aux tirs ennemis et de se lâcher sur les missiles. Afin de débloquer les niveaux, vous allez devoir collecter les diamants alors que le système de score se base sur le nombre d’ennemis détruits ainsi que le nombre de rescapés récupérés à bord du vaisseau. Le jeu se déroule en sous-sol, et votre mission de sauvetage vous oblige à aller de plus en plus profond. Outre des aliens, pas forcément sympathiques qui vont tenter de mettre fin à votre existence, vous devez trouver des moyens de sauver les différents membres d’équipages qui ont trouvé refuge au fin fond d’un environnement hostile. Des cuves de magma se sont formées ici et là et c’est en interagissant avec l’eau que vous pourrez vous former des passages afin de progresser à travers le niveau. Car lorsque vous réussissez à dévier un courant d’eau vers une cuve de magma, celui ci se solidifie en matière poreuse que vous pouvez creuser avec vos tirs lasers. Pour pouvoir sortir d’un niveau, vous devez avoir sauvez tous les membres d’équipages afin de déclencher l’ouverture du portail de sortie. Toute la profondeur du gameplay provient des différents éléments que vous allez trouver et comment ils interagissent entre eux. L’eau solidifie le magma, le magma fait exploser les poches de gaz, le froid gèle l’eau, la chaleur dégèle l’eau, etc. C’est d’une logique implacable et tout le plaisir provient de la manière dont vous allez réussir à trouver votre voie parmi tous ces éléments. Certes, il y a quelques petites déceptions comme la glace qui résiste aux missiles, mais il faut aussi se mettre à la place des concepteurs du jeu. Parfois il faut faire preuve d’indulgence. Le plus important c’est que les règles établies soient toujours les mêmes et qu’elles soient bien respectées tout au long du jeu.

pixeljunkPC_610

Si les premiers niveaux font craindre une certaine répétitivité des énigmes, de nouveaux ingrédients apparaissent rapidement et rassurent assez vite sur ce point-là. Assez simple au départ, il faut faire rapidement preuve d’adresse et d’ingéniosité pour éviter de « sacrifier » les membres d’équipages disposés parfois de manière « piégeuse ». Pour passer certains niveaux, il faut savoir profiter de « modules » qui vont changer l’armement de votre vaisseau et relancent l’intérêt des énigmes. Chaque épisode se solde par l’affrontement avec un boss impressionnant par la taille et pour lequel il s’agit de trouver les points faibles et d’éviter ses attaques meurtrières. Sachez que le jeu est aussi jouable en coopératif, ce qui est toujours sympathique même si malheureusement le level design n’a pas forcément été pensé pour s’adapter à ce genre de challenge. Mais le mode aventure n’est pas le seul contenu disponible. Pixel Junk : Shooter Ultimate vous offre aussi la possibilité d’affronter d’autres joueurs dans un mode compétitif qui s’avère bien plus qu’une curiosité. Le jeu s’avère être asymétrique et se joue en manche ou les rôles alternent. L’un des joueurs doit sauver le plus de rescapés possible dans une arène et l’autre doit le détruire et récupérer son icône de vaisseau qu’il lâche lors de sa destruction. Mais tout n’est pas si simple. Car le joueur chargé de sauver des membres d’équipages est invisible pour son adversaire. Celui-ci doit scanner le niveau avec un rayon détecteur avant de pouvoir éventuellement lui tirer dessus et le détruire. Chaque partie vous rapporte des crédits (plus ou moins selon le résultat) et ils donnent très vite une saveur très particulière aux affrontements. Car les développeurs ont imaginé toutes sortes d’améliorations payantes pour votre vaisseau qui change complètement les types de stratégies que vous allez utiliser. Entre chaque partie, les joueurs dépensent leurs sous pour acheter leurs matériels. Par exemple : le turbo pour mettre en place des stratégies de rush (allez chercher un rescapé et fuir pour le ramener dans la zone de score), le camouflage pour changer votre vaisseau en capsule de rescapé, trompant l’ennemi en vous fondant dans le décor, le missile a tête chercheuse, tout de suite plus guerrier… Il y a vraiment beaucoup d’améliorations originales et rigolotes à tester, chacune permettant de développer un style de jeu particulier.

PixelJunkTM-Shooter_2

Conclusion. Adepte de jeux à base de physique, de shooter 2D, d’énigmes et de confrontation en compétitif, Pixel Junk Shooter Ultimate à vraiment tout pour vous séduire. La direction artistique est simple mais efficace, le gameplay est carré et la difficulté bien progressive. En bonus, le mode multijoueur est une belle surprise à la fois d’une simplicité exemplaire et munie de la profondeur nécessaire pour que ce type de jeu soit intéressant. Pour ne rien gâcher, PJSU est cross-play, ce qui signifie que les joueurs PS4 peuvent affronter indifféremment des joueurs Vita. Qu’est-ce qu’il vous faut de plus ?

Publicités

2 réflexions sur “Chronique : Pixel Junk Shooter Ultimate (de Q-Games / Double Eleven)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s