Chronique : 8 Masters’ Revenge (de Ludovic Roudy)


8-Masters-Revenge-1

Je te tiens, tu me tiens, par la barbichette, le premier de nous deux qui rira aura une GROSSE BAFFE ! Quoi tu me mets une claque, mais attends moi je vais t’estamper ! Tu veux la bagarre ? En garde ! Yihaaaaa. PIF PAFF BIM ! Tiens prends ça voyou ! BOUM !… Bon voila. 8 Master’s Revenge est un jeu de bourre-pif mais avec des cartes ! Ça fait moins mal, c’est un poil plus intellectuel mais ça soulage pas mal aussi ! Winter is coming ?

img-2013929132902

Le Gameplay.
8 Masters’ Revenge est un jeu de carte de 1 à 4 joueurs dont les parties durent une petite demi heure et qui vous offre la possibilité de simuler un combat à la Street Fighter. Chaque joueur commence avec 4 cartes en main et possède un plateau disposant de 5 emplacements pour les jouer. Les cartes affichent un numéro à gauche et un numéro à droite allant de 1 à 5 mais aussi une valeur de dégât en haut et un effet supplémentaire en bas. Vous démarrez avec 2 cartes de « salut » côte à côte au centre de votre plateau. A chacun de vos tours, vous pouvez jouer une carte ou piocher 2 cartes dans la limite de 4 cartes dans votre main. Chaque nouvelle carte que vous jouez doit être connectée à votre série de 2 cartes. Elle a pour effet d’éjecter la carte à l’opposé. cette carte est considérée comme le coup que vous lancez ! Pour savoir s’il touche vous devez comparer la valeur additionnée des 2 chiffres connectés de vos 2 cartes restantes et la valeur additionnée des 2 chiffres extérieurs des 2 cartes de votre adversaire. Si ces 2 valeurs sont strictement égal, alors le coup atteint votre adversaire, sinon c’est un coup dans le vent. Lorsque votre coup touche, vous infligez les points de dégâts indiqués sur la carte qui quitte votre plateau de jeu. Dans tous les cas, vous avez le droit de jouer l’effet supplémentaire. Ces effets vous permettent de rajouter des points de dégâts à une carte de votre plateau, d’en enlever à une carte de votre adversaire, de piéger les emplacements du plateau, d’inverser les positions de vos cartes, etc…
La couleur des cartes introduit un système de garde intéressante. Si le coup que vous recevez est de la même couleur qu’une de vos cartes sur votre plateau, vous pouvez descendre cette carte afin de limiter les dégâts que vous recevez, par contre si vous finissez par reprendre un coup de la même couleur qu’une carte que vous avez descendu et qui est toujours présente sur votre plateau, les dégâts seront majorés !
Mais vous pouvez faire encore mieux, certaines cartes sont ornées d’un dragon qui vient entourer soit votre chiffre à gauche, soit votre chiffre à droite. En jouant une nouvelle carte qui viendra compléter un dragon, vous bloquez totalement le coup adverse, interrompez son tour et reprenez la main immédiatement.
Enfin, dernière règle qui a son importance : jouer des chiffres connectés de même valeur vous donne le droit de rejouer.

8-Masters-Revenge-3

Le Feeling.
Encore une fois, je suis tombé sous le charme d’un système de jeu. Ce qui fait la particularité de 8 Masters’ Revenge, c’est la profonde corrélation entre ses mécaniques de simple jeu de cartes, et ce qu’elles expriment dans le cadre d’un combat. Exemples : les 2 cartes représentent vos 2 mains. Leur position sur le plateau représente votre position sur le ring. Lorsque vous êtes trop à gauche ou trop à droite, vos mouvements sont obstrués et cela limite votre prochain choix. La mécanique de garde représente une position défensive qui atténue les dégâts mais qui peut se retourner contre vous si vous ne trouvez pas de manière de vous dégager. L’ensemble donne l’impression de vivre un vrai combat. Le jeu des valeurs est lui aussi très intéressant car on peut essayer de jouer des cartes qui vont augmenter ou diminuer votre valeur de défense de manière à la rendre inatteignable par votre adverse, on peut l’assimiler à votre mobilité sur le ring. A chaque tour, il y a suffisamment de choix de jeu pour ne pas se sentir bloqué par sa main : vous pouvez tenter de toucher, ou juste profiter de l’effet d’une carte afin de préparer la suite du combat, ou peut être que jouer un double pour rejouer vous offrira une nouvelle opportunité. Sinon il y a toujours moyen de modifier ses valeurs de défense afin de se rendre intouchable ! Piochez au moment opportun est aussi une composante essentielle du jeu. Faites le quand vous vous sentez en position de force ou seulement si vous y êtes absolument contraint. Tous ces niveaux de gameplay peuvent aussi parfaitement cohabiter, placer une carte rouge qui touche en créant un double pour forcer l’adversaire a se mettre en garde, profitez de l’effet pour augmenter la force de votre prochain coup, puis rejouer en lançant une nouvelle carte rouge qui touche et vous acculez complètement votre adversaire dans un coin du ring ! La sensation de puissance est exquise.

Les Furies.
Comme si le système n’était pas assez abouti, une fois que vous aurez fait quelques parties et bien intégré les différents mécanismes du jeu, vous pouvez tenter de jouer avec les Furies. C’est une surcouche de game design qui s’intègre parfaitement au reste. Lorsque vos 2 cartes sont de la même couleur sur votre plateau, vous déclenchez un état de furie spécifique à votre personnage. Cette furie vous donne accès à un effet supplémentaire qui va augmenter encore votre arsenal technique. Il existe 8 personnages différents dans le jeu et chacun va donc encourager un type de décision. C’est un ajout essentiel qui va orienter vos choix tactiques toute la partie, leur donner une cohérence et donc vous permettre de créer une stratégie !

8-masters-revenge

Conclusion.
8 Masters’ Revenge possède le charme des vieux jeux de carte mais avec des mécaniques originales et pourtant simple d’accès. C’est un jeu marrant au 1er dégré (purement gameplay) mais qui prend encore une autre dimension lorsqu’on se rend compte qu’une partie décrit naturellement les actions d’un vrai combat. Le genre de jeu qui peut être joué de 7 à 77 ans mais qui fait aussi plaisir aux joueurs aguerris.

Publicités

4 réflexions sur “Chronique : 8 Masters’ Revenge (de Ludovic Roudy)

  1. Sympathique chronique, avec juste une petite inexactitude : le jeu ne se joue pas de 2 à 4, mais de 1 à 4. D’autant que le mode solo marche très bien en devant gérer un adversaire différent d’un joueur humain (plus puissant mais aussi plus bête) ^_^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s