Chronique : Android Netrunner (de Lucas Litzinger et Richard Garfield)


image

Dans un monde futuriste ou les réseaux informatiques se confondent avec la réalité, une poignée de hacker tente de contester le pouvoir à des corporations multi nationalistes tentaculaires aux projets toujours plus dangereux pour les libertés individuelles.

image

Le gameplay.
Android Netrunner est un jeu de carte asymétrique pour 2 joueurs, chacun jouant le rôle, soit du hacker (dit Runner dans le jeu), soit de la corporation (dit Corpo pour plus de facilité). La corpo va devoir aboutir ses cartes projets (les points de victoire) alors que le Runner va tenter de lui voler. Le premier à 7 points l’emporte immédiatement.
A chaque tour, les joueurs peuvent piocher une carte, gagner 1 crédit, jouer une carte. Ils ont 4 « clicks » qui leur permettent de réaliser ces actions comme bon leur semble, exception de la 1er action de la corpo qui doit toujours piocher une carte.

Côté Corpo, le but est de créer des serveurs et leurs défenses afin de pouvoir « avancer » (mettre un crédit dessus) leur projet jusqu’à leur finalité et marquer les points en conséquence. Les cartes sont joués face caché et révélées uniquement si le Runner réussi un piratage sur ce serveur ou rencontre une glace (les cartes qui défendent les serveurs). Masquer l’information permet à la Corpo de se défendre en posant des pièges et de faire perdre du temps et de l’argent au Runner.

Côté Runner, il s’agit essentiellement d’installer des programmes afin de pouvoir traverser les défenses de l’adversaire. Lorsqu’il se sent suffisamment armé, le runner peut lancer un piratage sur un serveur adverse pour tenter de voler ce qu’il espère être une carte projet.

image

Le feeling.
Pour tous vous dire, le jeu est au moins aussi passionnant qu’une partie de poker sinon plus. A tel point que je prends autant de plaisir à y jouer qu’à regarder les autres y jouer. L’adrénaline monte très vite et la variété des situations qu’offre le jeu est vraiment impressionnante. D’un côté les cartes offrent un certain nombre de synergie entre elle et de l’autre, les capacités d’analyses de chacun et la connaissance des cartes offrent des stratégies de bluff rendant chaque partie unique. Au-delà des cartes, le jeu impose des décisions salutaires (ou fatales) qui mettent beaucoup de pression sur les épaules des joueurs.
Bien que le deckbuilding soit essentiel (prenez votre temps pour construire vos paquets et n’hésitez pas à les modifier par petite touche pour les améliorer), il reste toujours suffisamment de place à la tactique pour que vos choix durant la partie décident du gagnant.

Le Deckbuilding.
Les camps (Runner et Corpo) ont été séparés en plusieurs factions. Chaque faction possède ses forces et faiblesses et vous devez en choisir une pour construire votre paquet. Cependant un système d’influence a été mis en place vous permettant de « splasher » (insérer dans le jargon des joueurs de Netrunner) une carte d’une autre faction dans votre paquet. Cette mécanique a donc l’avantage de limiter la puissance des paquets tout en permettant d’associer des cartes pour trouver de nouvelles stratégies innovantes.  Si la boite de base ne permet pas d’élaborer de stratégies trop complexes, avec les extensions, il devient possible de réaliser quelques « combos » jubilatoires. Fabriquer un paquet peut s’avérer difficile au début mais une fois que l’on a compris la logique du jeu, il s’agit la plupart du temps de trouver 1 ou 2 synergies entre les cartes et de construire autour de ça.
image
Conclusion.
Android Netrunner s’adresse avant tout à un public de joueurs passionnés. Même si le livret de règle est très bien établi, il faudra quelques parties avant de comprendre toutes les subtilités du jeu. De plus le jeu étant évolutif avec des extensions qui sortent tous les mois, le metagame est en constante évolution. Ainsi, l’on voit des stratégies à la mode et d’autres qui deviennent désuètes, des joueurs malins qui en jouent pour surprendre ou d’autres qui ne font que suivre le mouvement. Autant vous dire qu’il faut suivre tout ça de très près car une carte qui s’avérait majeur peut se retrouver au bagne quelques semaines plus tard.

Publicités

2 réflexions sur “Chronique : Android Netrunner (de Lucas Litzinger et Richard Garfield)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s